Marcher

2017
Faïence.
Exposition de sortie de résidence "Multiple Échos", Ergastule, Nancy (54, FRA).
Pendant ce temps de recherche, l'atelier ne peut pas être le seul espace où les pensées s'élaborent et où les mains opèrent. Il faut errer dans les rues, ramasser un objet, le jeter plus loin, courir, se délester, poser son sac, s’asseoir, contempler. La ville est un dédale, un jeu pour les souris à trouver un fromage, la nature proche survit dans les parcs ou s'aligne dans les champs et les parcelles. Nancy est une campagne agricole, aux collines espacées, aux bosquets et bois feuillus coincés entre pâturages et laboures. Il faut traverser, endurer le changement des épines des arbustes, observer les sols, couper par les ronces, enjamber les troncs et ratisser les feuilles mortes dans son sillage. Enchaînant les arbres et les descentes il arrive de préférer courir dans une pente et remonter ensuite avec les mains dans un mur de glaise.
Conquérir un état, une déroute libre, être musicien dans l'action disposé à l'improvisation. Il arrive que l'on tienne un bâton, qu'on s'en serve pour marcher, pour dessiner au sol entre les galets ou pour briser les mottes sèches d'un désert de glaise. Il arrive qu'on le casse, qu'il se raccourcisse, qu'on l'améliore, qu'on le nettoie ou qu'on le blanchisse en y tirant l'écorce.
Il est du temps qui s'incarne, il est du temps qui s'éprouve, il est un hommage. Avancer, creuser, fatiguer, créer, recommencer. Marcher.

Sculptures réalisées dans le cadre de la résidence Multiple Échos dans les ateliers d'Ergastule à Nancy.
img
img
img
img
img