Chimère

2019
Céramique cuite au bois, émaux raku.
Exposition "Restitution", La Nouvelle Manufacture, St-Martin-de-Valamas (07, FRA).
Sculpture collective réalisée avec les habitants de St-Vincent-de-Durfort (07)

CHIMÈRE, subst. fém.
I.− MYTH. Monstre fabuleux composite, de formes diverses, ayant généralement la tête d'un lion, le corps d'une chèvre, la queue d'un dragon et crachant du feu :
1. Sautant, volant, crachant du feu par les narines, et de sa queue de dragon se frappant les ailes, la chimère aux yeux verts tournoie, aboie; ... Flaubert, La Tentation de St Antoine, 1849, p. 393.
II.− Lang. commune, p. ext.
A.− [Désigne un être concr.]
1. Animal fantastique peint ou sculpté, notamment à usage de gargouille (cf. Romains, Les Hommes de bonne volonté, Verdun, 1938, p. 227).[La] chimère vernissée du toit (Malraux, La Condition humaine, 1933, p. 253). − P. métaph.
a) Chose monstrueuse qui inspire l'épouvante. L'épouvantable chimère à mille têtes [un brasier] (Hugo, Le Rhin, 1842, p. 150).
b) Animal fantastique qui permet l'évasion dans des rêveries sans consistance. Galoper mille chimères (cf. E. de Guérin, Lettres, 1839, p. 331); chevaucher la chimère (cf. Van der Meersch, Invasion 14, 1935, p. 427) :
2. ... elle songe. (...) Dans quelle contrée du pays bleu, à la porte de quel paradis perdu, son désir bat-il de l'aile? Sur la croupe de quelle chimère, prend-elle son envolée dans le rêve? J. Péladan, Le Vice suprême, 1884, p. 2.

sources CNRTL
img
img
img
img
img
img
img